Accueil > Groupes locaux > Cévennes > UNE UNIVERSITÉ RURALE EN CÉVENNES ?

UNE UNIVERSITÉ RURALE EN CÉVENNES ?

Construisons-là ensemble

mercredi 4 décembre 2019, par Gilles Q.

Samedi 14 et dimanche 15 décembre 2019
FLORAC
Ancien tribunal

Objectif

Co-construire un dispositif permettant d’inventer sur notre territoire de nouvelles formes de fonctionnement, en rupture avec celles de la société actuelle, pour aller vers davantage d’indépendance et d’autonomie collective, en travaillant à partir de la spécificité de notre zone rurale et des expériences vécues.

Aux origines du projet

C’est le "Collectif Vallée Longue" qui a émis l’idée de fonder une Université Rurale en Cévennes. Ce collectif s’est créé en 2018 avec pour buts de :

  • Se poser la question, à l’échelle de nos territoires ruraux, des transitions environnementales et sociales.
  • Mener des actions pour permettre à tout un chacun de mieux appréhender les mutations annoncées et aussi pouvoir être acteur de la transition à titre individuel et collectif (par exemple : les Automnales en 2018 et 2019).
  • Se poser la question des spécificités de notre territoire et de ce qui y fait sens : la culture locale et le patrimoine, l’environnement naturel, l’accueil, les associations. Et voir comment cela peut contribuer à orienter et renforcer les actions.
  • Pour tenter ensemble d’aller plus loin en terme d’accueil et de revitalisation des territoires, dans une logique non marchande, centrée sur l’humain et l’environnement.
    Enfin, ne pas baisser les bras, et construire nous-mêmes le monde de demain.

L’appellation "Université Rurale des Cévennes" a été choisie en référence aux Universités Rurales impulsées à l’origine par les Foyers Ruraux, et qui répondaient à un besoin de rencontre et de partage de savoirs entre les différents acteurs du rural "pour sortir de leur quotidien et croiser leurs savoirs, pour aussi faire se rencontrer les savoirs et les savoir-faire, la théorie et la pratique, la réflexion et l’action."

Principes fondateurs

1/ Nous choisissons de nous appuyer sur la tradition de l’éducation populaire, qui est la combinaison de deux choses : d’une part la prise de conscience par chacun d’entre nous de notre richesse et l’activation de notre pouvoir d’agir, d’autre part l’ouverture vers les richesses extérieures qu’elles soient intellectuelles, pratiques ou d’expériences.Pour cela, il nous faudra :
Travailler à identifier nos savoirs, savoir-faire, connaissances, expériences,...
Concrètement, cela passe par des rencontres, des échanges, l’organisation d’ateliers, de journées de travail collectives, de formations, …
Nous ouvrir vers l’extérieur pour apprendre des autres, que ce soit sur le plan théorique ou sur le plan pratique et pour se donner des pistes de réflexion.
Concrètement, cela signifie de se tourner vers des chercheurs, mais également vers d’autres groupes, d’autres territoires qui sont dans des démarches similaires.
Ce sont donc les deux pans à la fois indissociables et complémentaires sur lesquels l’Université Rurale des Cévennes travaillera.
2/ Pour le fonctionnement de l’Université Rurale des Cévennes, nous souhaitons privilégier un fonctionnement local (par vallée, par village,...), autonome, dans lequel des associations existantes ou à créer porteront ce projet. Ces structures, plus ou moins formelles selon leur choix, formeront un maillage du territoire et travailleront ensemble afin de se coordonner, de se compléter et de poursuivre la réflexion de fond sur les projets. Elles réfléchiront aussi aux possibilités d’actions communes.

Tout reste à faire,  venez participer à la construction de l’URC !

PROGRAMME

Samedi 14 décembre – Présentation de la démarche
18 h30 – Accueil – Buvette
19-20 heures – Buffet partagé
20 heures – Enjeu global et local

  • Introduction : historique du projet par des membres du Collectif Vallée Longue
  • Intervention de Guillaume Faburel, professeur, – Université de Lyon . 
    « Nécessité écologique et sociale, et sens politique d’une université rurale » 
  • Témoignages :
    • Hélène Saudecerre de l’association « La Terre c’est nos oignons », pour l’autonomie alimentaire du Conflens (Pyrénées Orientales)
    • Jacques Verseils pour l’association « Vivre Mialet » (Gard)
  • Présentation des ateliers et de la plénière du dimanche.

Dimanche 15 décembre – Ateliers de co-construction
9h15 - Accueil – Petit film local sur la transmission des savoir-faire
10-12 heures – deux ateliers en parallèle
animés par Sophie Giraud et Frédéric Renier
 * Quels objectifs et quels contenus pour une ruralité vivante ?

  • Comment bâtir une éducation populaire sur nos territoires ?
    12-14 heures – Buffet proposé par l’Association Le Marazeil (8 € par personne)
    14-16 heures – Restitution du travail en atelier et mise en place des premières actions
INSCRIPTIONS

La soirée du samedi ainsi que l’après-midi du dimanche sont ouvertes à tous sans inscription
Il est préférable de s’inscrire pour les ateliers du dimanche matin et pour le repas de midi par mail ou téléphone.

CONTACTS

contact@universiteruraledescevennes.org
06.80.36.40.15 (Alain) / 06.71.88.90.94 (Kristina)

Nécessité écologique et sociale, et sens politique d’une université rurale  
par Guillaume Faburel, professeur, et Lucie Lerbet, doctorante – Université de Lyon
La création d’une Université Rurale des Cévennes répond à la nécessité de mettre en partage les expériences vécues dans les espaces ruraux, particulièrement au regard du contexte qui est le nôtre : celui d’une triple crise, à la fois sociale (généralisation de la précarité, injustices croissantes,…), écologique (dérèglement climatique, extinction de masses des espèces, altérations irrémédiables des écosystèmes, … ) et politique (disqualification des systèmes représentatifs, médiatiques et technocratiques, crise de la démocratie,...)
Largement liées, ces crises montrent les limites d’un modèle historique d’organisation territoriale basé sur la compétition généralisée et le délaissement par les politiques centralistes de certains espaces, notamment ruraux. En dépit de cette métropolisation qui signe la dépendance aux systèmes productivistes des grandes villes, certaines « périphéries »- notamment les Cévennes - apparaissent très prolifiques en termes d’initiatives, individuelles et collectives, organisées et bricolées, localisées et situées.
Que ce soit par le retour à la terre comme par la mobilisation de ressources territoriales et de savoir- faire locaux, c’est bien une autonomie qui se bâtit collectivement dans le respect du vivant. Entre cultures agricoles et cultures artisanales, entre productions alimentaires et formes d’habiter, entre alternatives énergétiques et déploiements de collectifs, l’Université Rurale des Cévennes vise à expliciter ces expériences pour mettre en lumière et en partage les diverses formes de savoirs et connaissances qui les rendent possibles et les expériences socio-écologiques et démocratiques pouvant en découler. Elle se veut aussi un lieu de reprise de notre dessein collectif, celui d’un ménagement écologique des territoires.